• Cadrans solaires

Cadrans solaires

La vallée de l'Ubaye possède un riche patrimoine de cadrans solaires. À l'instar de ceux des régions voisines, comme le Queyras, ils suscitent la curiosité du passant.

Au 20ème siècle, on aurait pu croire à leur disparition mais ils continuent de passionner les amateurs d'Art et les amoureux du ciel.

Le regard que nous portons aujourd'hui sur eux est avant tout esthétique et, au détour d'un chemin, ils enchantent le promeneur.

Beaucoup de propriétaires sont attentifs à leur restauration, d'autres en créent pour agrémenter leur demeure.

Aussi, nous vous invitons à les découvrir tout au long de votre périple ubayen, en particulier sur les édifices publics, mairies et églises, qui offrent leur façade à ces horloges d'un autre temps.

Église Saint-Nicolas de Myre

À elle seule l'église en possède deux, situés de part et d'autre du portail d'accès.
Ils datent du XVIIIe siècle et ont été restauré en 1993 par Jean-François Gavoty qui a retrouvé les traces des simples lettres DOM (Dominus). Ils ne portent aucune devise et sont d'une extrême élégance.

Maison Léon Bosc - Les Mats

Réalisé en 1842 sur une plaque d'ardoise provenant de la carrière de l'Hubac. On peut y lire l'inscription suivante " Ibit homo in domum aeternitatis suae" "Lhomme ira dans la demeure de son éternité". Gravé avec beaucoup de dextérité par Giraud Jean, le cadran représente un paon, symbole d'immortalité, entouré d'un croissant de lune, de palmiers, de rosaces et de fenêtres néo-gothiques.

Eglise Notre Dame Del Bosc - Lans

Les heures apparaissent encore, mais l'encadrement est effacé ainsi que la devise qui disait autrefois "vos pastor me sol regit", "le guide pour vous est le pasteur, pour moi c'est le soleil".

Maison Graugnard - Les Sanières

Il porte la date de 1821. Il est entouré d'un magnifique rideau relevé pour laisser apparaître le spectacle du temps et porte également des couronnes de lauriers. Il est signé Gaetana et porte la devise "homo fugit velut umbra", "l'homme passe comme l'ombre".