Parc national du Mercantour

La magie des Alpes du soleil

Avec ses sommets de plus de 3000 m d'altitude, ses multiples lacs glaciaires et ses six vallées au caractère très affirmé, le Parc national du Mercantour constitue, à une heure de la mer, le joyau unique d'une nature préservée.

Un mélange complexe d’influences méditerranéennes et alpines contribue à l’originalité et à la variété des paysages, des milieux naturels, de la faune et de la flore ! Le massif du Mercantour est le dernier promontoire de l’arc alpin, juste avant qu’il ne plonge dans la mer Méditerranée.

Parcourir le Mercantour, c’est la garantie d’un émerveillement permanent : à chaque détour du chemin, un nouveau spectacle étonnant vous attend. Comment une telle variété d’impressions, de sensations et de paysages est-elle possible ?

Il faut combiner bien des sciences pour avoir des éléments de réponse: les formations géologiques, de natures très variées, ont été modelées par le soulèvement alpin, puis creusées et érodées par les eaux en d’étroites et profondes gorges.

Des combes ont été puissamment travaillées par des glaciers qui ont fait place, en fondant, à des chapelets de lacs étincelants. L’histoire climatique nous a légué une grande variété d’espèces réfugiées à des altitudes offrant des milieux proches de ceux présents aux époques glaciaires.

L’homme et les traces plusieurs fois millénaires de sa présence en ajoutent à ce foisonnement naturel ! Mais cette histoire-là s’écrit aussi au futur : ce territoire voit se créer de nombreuses activités tournées vers l’avenir, signe d’une grande vitalité.

Cette autre richesse, culturelle, fait également l’objet de nombreuses attentions. Pour que les générations qui suivent aient cet héritage en partage…

 

La vallée de l’Ubaye soutient la candidature des Alpes de la Méditerranée au patrimoine mondial de l'UNESCO.

>>mercantour.eu

Une faune sauvage et abondante

Chamois, bouquetins et mouflons cohabitent dans les reliefs les plus escarpés des montagnes alors que le cerf, le chevreuil et le sanglier fréquentent les milieux boisés à des altitudes moins élevées.

Les oiseaux sont aussi remarquablement représentés !

On trouve par exemple le tétras-lyre ou petit coq de bruyère, le lagopède alpin aussi appelé perdrix des neiges, le casse-noix moucheté, mais aussi des grands rapaces comme l’aigle royal et maintenant le gypaète barbu peu à peu réintroduit par lâchers successifs depuis 1993.

Une flore exceptionnelle en Europe !

Les influences climatiques, géologiques et géographiques multiples exercées sur une mosaïque de milieux très variés et à des altitudes allant de 100 m à plus de 3000 m, ont conféré au Mercantour une richesse végétale hors du commun avec la présence de plus de 2000 espèces de plantes sur les 4200 connues en France.

Parmi elles, 220 sont considérées comme très rares et 40 sont même dites endémiques, ne se trouvant nulle part ailleurs dans le monde, comme la saxifrage à fleurs multiples (Saxifraga florulenta) !

Un lieu unique en Europe

Un Parc national est un espace reconnu comme exceptionnel pour sa biodiversité, ses paysages, son patrimoine. C’est à la fois un label qui garantit une reconnaissance nationale et internationale de ces richesses et un outil qui assure leur préservation au plus haut niveau afin de les transmettre aux générations futures.

Créé en 1979 entre les Alpes Maritimes et les Alpes de Haute Provence, le Parc national du Mercantour a pour missions de connaître et protéger la nature, les paysages et l’ensemble du patrimoine qui ont justifié son classement en Parc national. Son rôle est aussi de “partager l’exception” en sensibilisant le plus grand nombre à la nécessité de la protection de l’environnement, par la diffusion de ses connaissances et l’invitation à la découverte.

Le coeur du Parc (68 495 ha) est la partie réglementée du Parc. Il vise l’excellence pour la protection des patrimoines naturels, culturels, paysagers et le maintien de la biodiversité.

L’aire optimale d’adhésion, (146 000 ha), comprend l’ensemble du territoire des 28 communes du Parc (hors cœur) qui ont vocation à adhérer à la charte. Avec ces communes le Parc a bâti une charte d’une durée de 12 à 15 ans autour d’objectifs communs pour le développement durable de ce territoire. Ce projet, impliquant élus et habitants, vise au maintien des équilibres entre nature, culture, activités humaines, qualité de vie et beauté des paysages.

La vallée de l'Ubaye et le Parc national

Au carrefour du Dauphiné, de la Provence et de l’Italie, cette longue vallée s’étire sur 80 km de la frontière italienne près du col de Larche au lac de Serre-Ponçon (le plus grand lac de barrage d’Europe). Protégée des vents marins par les reliefs, la vallée de l’Ubaye appartient aux Alpes “sèches ”, ou Alpes de lumière, avec 300 jours de soleil et seulement 700 mm de précipitations par an.

Contraste frappant des paysages, entre la vaste cuvette active et avenante de Barcelonnette -Jausiers et les hautes vallées suspendues : Ubaye, Ubayette, Bachelard ou Laverq, qui remontent jusqu’aux plus hautes cimes, situées souvent à plus de 3000m.

L’Ubaye a su conserver sa forte identité et valoriser ses richesses en semant ses musées tout au long de la vallée. Elle est l’objet de nombreuses recherches sur son histoire : vie traditionnelle, chasse et cueillette, transhumance et émigration au Mexique, forteresses et frontières, paysages…

  • Le Bachelard :

Avec ses gorges et ses cascades, ses mélézins et ses pelouses, le Bachelard est un vallon alpin dont la Route des Grandes Alpes consacre la beauté. Jadis, la vie y fut rude à cause du climat, de la pente et de l’isolement, et nombre d’enfants du pays émigrèrent. En l’empruntant, on accède au Col de la Cayolle.

  • Le Bouquetin des Alpes :

Protégé à partir de 1821 dans la réserve royale du Grand Paradis, il est réintroduit un siècle plus tard dans celle de Valdieri qui deviendra le Parco delle Alpi Marittime en 1980. 1200 bouquetins arpentent désormais le massif voisin du Mercantour, dont plus de 500 en Ubaye.

Une table d’orientation permet de se repérer dans l’immense panorama qui comprend les principaux sommets des Alpes du Sud. Le col routier de la Bonette est le plus haut d’Europe. Il permet le franchissement de la ligne de partage des eaux entre la Tinée et l’Ubaye qui sépare les Alpes-Maritimes des Alpes-de-Haute-Provence. C’est aussi une voie de passage pour de nombreux oiseaux migrateurs.

C’est sans conteste la route la plus belle et la plus authentique, parmi celles qui traversent le Mercantour, qui relie la haute vallée du Var à celle de l’Ubaye. Au passage du col, un sentier mène, en quelques dizaines de minutes, à un point de vue imprenable sur le Lac d’Allos. En descendant vers Barcelonnette, une halte au refuge de la Cayolle s’impose (point d’information du Parc en été). De l’autre côté, vers Entraunes, c’est le refuge de la Cantonnière qui vous accueille.

  • Gypaète Barbu :

Le dernier représentant alpin de cette espèce a été tué au début du 20ème siècle. Grâce au statut d’espèce protégée acquis en 1962 et au programme international de réintroduction dont il a bénéficié, la première naissance en milieu naturel dans les Alpes du Sud a eu lieu à Saint Paul sur Ubaye en 2008.

  • Chardon bleu (ou panicaut ou encore reine des Alpes) :

C’est une plante emblématique des prés de fauche qui se développe seulement sur deux hectares dans le vallon du Lauzanier, seul lieu de sa présence dans le Mercantour. Elle a été sauvée in extremis d’une disparition pure et simple.

Carte

Contact

Annuaire
1 résultat(s) affiché(s)
MAISON DU PARC NATIONAL DU MERCANTOUR
MAISON DU PARC NATIONAL DU MERCANTOUR
Barcelonnette